Roland De Winter

Par le trou de la serrure
BANNER-EVENEMENT

Il dit de lui :

Je suis un graveur, artiste peintre. J’ai donné des cours de dessin durant trente ans. J’ai commencé à pratiquer la guitare dans ma jeunesse, à présent, mes filles sont plus âgées, et je les accompagne de temps à autre. J’ai exposé en Flandres et en Belgique, j’ai fait le choix de donner des cours en institution et de me consacrer plus pleinement à ma passion pour la gravure.

L1110876

Il a accepté de se prêter au questionnaire du Trou :

« Rentrer dans le Trou » : Vos impressions sur Le Trou ?
Cela me fait penser aux caves que l’on peut trouver à Gand, j’ai souvent joué dans ce genre d’endroit. C’est finalement un lieu assez nostalgique « Quand nous chanterons le temps des cerises… » (rire). Cela me renvoie à cette époque, où, avec quelques amis, en conversant, on pouvait refaire le monde. À Gand et à Anvers, la vie culturelle se déroulait dans les caves.

« Agrandir son trou » : Quelle est votre activité du moment ?
Faire de la gravure, des estampes, je dessine depuis cinquante ans déjà.

 « Aligner des trous » : Reviendrez-vous au Trou ?
Oui, certainement, nous sommes francophiles et nos amis sont ici.

« Faire son trou » : Comment voyez-vous votre carrière ?
J’espère encore de longues années continuer à travailler la gravure. Exposer de temps à autre à la maison, accompagner encore mes filles sur scène. Mon œuvre est libre !

 « Avoir un trou dans son emploi du temps » : une recommandation : une expo, un concert à ne pas rater ?
… L’enfant dans l’art du XIX siècle à Reuil Malmaison sur l’île des impressionnistes.

« N’avoir pas les yeux ou les oreilles en face des trous » : Le dernier film que vous avez vu, ou le dernier CD que vous avez écouté ?
Le dernier film ?… Inside Llewyn Davis des frères Coehn, l’histoire d’un musicien folk en errance dans le Greenwich village des années soixante.

« Trou de gruyère » : Votre plat préféré ?
Mon plat préféré, c’est difficile… Je choisis la raie aux câpres, j’aime le poisson en général, et puis, nous vivons au bord de la mer.

« Boire comme un trou » : Votre boisson préférée ?
Mon vin préféré ? Euh, le Madiran.

« Habiter dans un trou » : Si vous étiez perdu sur une île déserte qu’emportez-vous ?
Du papier et mes crayons.

« Trou noir » : si vous étiez Miss Monde, que changeriez vous sur cette planète?
Que les hommes utilisent leur pouvoir avec plus de discernement, qu’ils pensent avant d’agir. Le pouvoir à outrance est dangereux.

L1110891

Trou de vers :

Créole Belle. C’est un frou-frou de tissu chamarré, le jeu qui nous renvoie aux champs de coton du Mississipi. La voix de Roland épouse les pierres du Trou, timbre enveloppant. Delta Blues, un morceau lent, les funérailles noires, en chants, en pleurs ; des gosses qui frappent du pied une terre rouge. Un pas cadencé au matin, balancé l’après-midi en honneur du défunt. Promenade offerte par un homme à la barbe blanche, à la bonhomie éclatante d’humanité. Nous sommes avec les esclaves, dans les maux de leur condition, cependant, il y a une transcendance heureuse qui opère. Se croire à la veillée, autour d’un feu de camp, après le labeur journalier. Il arrive que les cordes claquées de la guitare résonnent comme un tonnerre qui passe… Un orage au cœur d’un Blues court.

C’est une sorte de vision Kaléidoscopique qui nous est proposée, entre deux mots ; l’explication du morceau à venir. Inspiré, inspirant, Roland dilue de la tendresse aux spectateurs. Sans en avoir l’air, il provoque ces émotions lointaines, à la lisière de l’enfance. C’est de la guitarologie, sans autre prétention que celle de nous faire passer un moment agréable.

L1110887

J’ai la soudaine envie que mon corps soit de vent, de parcourir les chemins, de croiser des gens vrais. Je me vois jetant laptop et téléphone portable au rebut. J’ai besoin de donner du crédit à l’autre. De connaître d’autres joies, d’autres lieux, d’autres cieux, d’autres feux. De continuer à boire sereinement mon verre de Ladoix en écoutant à présent les filles de Roland chanter tout en accord et en douceur.

rodewinter.be

Texte de Benoit Marie Lecoin
Blog de l’auteur : benoitmarielecoin.tumblr.com
Benoit1-moustache