Lamal’game

Le trou de la serrure

BANNER-LAMAL'GAME

Lamal’game se présente à vous :
Philippe et Gilbert se présentent à vous
Ph — Nous sommes un groupe qui est né il y a dix ans, voilà huit ans que je joue avec Gilbert, et c’est un groupe que j’ai voulu, à la base, à géométrie variable. Je ne cherchais pas de musiciens en particulier, j’ai laissé libre court à ceux qui voulaient travailler avec moi. Maintenant, nous sommes trois, il y a un batteur qui nous accompagne de temps en temps.

10347426_938375606181252_6561027533356902801_n

Rentrer dans le Trou : vos impressions sur le Trou ?
Gil — C’est sympathique!
Ph — Oui, c’est vraiment beau, magnifique ! Moi, j’étais venu voir un ami qui jouait ici il y a deux mois environ. Je ne connaissais pas du tout le lieu, et je me suis dit que l’endroit était super : pour le cadre et les possibilités de jeux.

Agrandir son trou : Quelle est votre activité du moment ?
Ph — Nous n’avons pas d’autres concerts en prévisions, nous sommes en ce moment occupés à enregistrer une maquette, ou un album, c’est selon le nombre de chansons et l’avancement des choses.

Avoir un trou dans son emploi du temps : que faites-vous pour vous ressourcer ?
Gil — De la musique !
Ph — Un peu de sport, un peu de musique, de voyages, des passions… Rester avec les amis, la famille…

Ne pas sortir de son trou : Plutôt rats des villes ou rats des champs ?
Gil — Moi, je dirais plutôt rats des villes…
Ph — Moi aussi…

11058694_938375752847904_3992555320142288804_n
Éviter les trous : Une chose à ne surtout pas dire sur votre travail?
Ph — Oh là ! On peut dire ce que l’on veut sur nous, non, honnêtement, je ne sais pas quoi répondre à cette question.
Gil — L’opinion qui nous intéresse, c’est celle des amis, des proches, le reste…

Remplir un trou : votre plus beau souvenir ?
Ph — On espère que ce sera ce soir ! Non, chaque concert est unique, chaque concert est un souvenir et nous aide à évoluer.

Trou perdu : Un objet qui ne vous quitte jamais ?
Ph — Oui, un médiator !
Gil — Personnellement, je n’ai rien sur moi qui ne me quitte jamais…

Trou de balle : Un coup de gueule à passer ?
Ph — Rien en particulier.
Gil — Tout en général (rires).
Ph — Il y a plein de choses qui nous affectent, mais cela dépend des moments.

Creuser son trou : un conseil pour quelqu’un qui choisirait la même orientation que vous ?
Ph — Travailler et prendre du plaisir !

Trou de gruyère : Votre plat préféré ?
Gil — En fonction des circonstances.
Ph — Pareil, mais je suis très gourmand.

Boire comme un trou : Votre vin préféré ?
Gil — Le Côtes de Beaune. Le Corton…
Ph — Pas de vins en particulier…

Trou de mémoire : une phrase, un mot, une citation, un  titre de livre pour finir…
Ph — Que tout le monde s’amuse au cours de cette soirée…

11067671_938375679514578_8093293018397174624_n

Au fond du Trou avec Lamal’game :
Apprendre à aimer la poésie, c’est vouloir plus tardivement la taquiner. C’est laisser prétention en coulisse, sans ambages, et dans la simplicité s’adonner à se laisser submerger. Le concert se prépare, on porte les mots sur scène, comme un ami que l’on relèverait de sa chute amusée dans la neige ou, baignant dans un tas de feuilles mortes, natation d’enfance, malédiction du cantonnier.On patiente en buvant, tandis que le message se laisse entendre, un monologue monocorde traitant de l’universalité.

Hier était l’embrassade cosmique, ce jour, j’attends un je-ne-sais-quoi d’une éclipse. L’accordéon arrive à convaincre le brouhaha, un sirop sur des pancakes de rimes riches et embrassées. Au couplet, haïku chaud d’Espagne, flamenco en résonnance microscopique.

Réveiller les consciences tient toujours du projet impossible, du prodige. Pourtant, qu’il est nécessaire de partir au casse-pipe ! Le poète, ce rêveur particulier, connaît mieux que quiconque cette loi : le bonheur est un emploi très honorable, aimer est à vivre à temps plein.

Être Baladin… Le clamer… C’est tapiner, c’est de la racole en version « lutiner » au sens transitif direct :
— Viens chéri, la prose est gratuite, et ton corps nappé d’huile et plus appétissant qu’un Flamby !

Texte de Benoit Marie Lecoin
Blog de l’auteur : benoitmarielecoin.tumblr.com

Benoit1-moustache