Les Miches Feutrées

Par le trou de la serrure
BANNER-EVENEMENT

Les Miches Feutrées se présentent à vous:

Elles disent elles-mêmes et de manière très minimaliste sur leur Facebook : nous sommes un duo intimiste-accoustico-fémino-jazzy et c’est tout un programme…

L1120049

Elles ont accepté de se prêter au questionnaire du Trou :

« Rentrer dans le Trou » : Vos impressions sur Le Trou ?
C’est un endroit calme, apaisant, beau ! On se sent ici dans un lieu intemporel…

« Agrandir son trou » : Quelle est votre activité du moment ?
On est au Trou pour deux soirs. En ce moment, avec les impératifs professionnels et artistiques, nous avons l’impression d’avoir plusieurs vies. Nous sommes un peu perdues en fait.

« Aligner des trous » : Reviendrez-vous au Trou ?
Oh oui ! Avec de nouvelles chansons…

« Se réfugier dans un trou » : Un lieu où vous aimeriez jouer ?
Dans une grotte (s’il y a Batman). Sur une plage… Au soleil couchant (c’est trop cliché ça !) avec de beaux surfeurs !

 « Faire son trou » : Comment voyez-vous votre carrière ?
Grande, belle, sereine, avec des rebondissements, de nouvelles découvertes et remplis de boobs !

« Avoir un trou dans son emploi du temps » : une recommandation : une expo, un concert à ne pas rater ?
Les Miches Feutrées au Trou (rires), Sevves. Si Portishead repasse à Dijon : Pareil pour Björk !

« N’avoir pas les yeux ou les oreilles en face des trous » : Le dernier film que vous avez vu, ou le dernier CD que vous avez écouté ?
Un film : Qui veut la peau de Roger Rabbit ! Un CD ? … Rome de Daniele Luppi. Moi c’est le film Ricky de François Ozon, l’histoire d’un enfant qui nait avec des ailes… Pour le CD ce sont deux Cds : Agnes Obel (elle est passée à la vapeur) l’album Aventine et Gonzales : Opus piano 2, un pianiste déjanté à voir absolument !

« Trou de gruyère » : Votre plat préféré ?
Les croissants aux poireaux de ma mère. Pareil, le foie gras poëlé de ma maman…

 « Boire comme un trou » : Votre boisson préférée ?
Un Viré Clessé, un Auxey Duresse.

 « Habiter dans un trou » : Si vous étiez perdues sur une île déserte qu’emportez-vous ?
Ma guitare, c’est sûr, et un jeu de cordes. Un couteau suisse et une écharpe…

 « Trou noir » : si vous étiez Miss Monde, que changeriez vous sur cette planète?
Le dictat de la beauté, la pollution musicale en voiture…

L1120058

Trou de vers :

Elles sont mouvantes, on se laisse piéger par ces sables émouvants. Première chanson : syncopée, avec cœur, un peace maker qui pulse dans la poitrine… Derrières elles, des soutiens-gorge pendus, c’est la féminité offerte au regard. Une virée sur le périph de l’existence, le temps de tout oublier des tracasseries habituelles. « Foutez-moi la paix ! » résonne dans le Trou, débit de voix continu, sentiments fleuves qui assassinent la tristesse du coutumier. Elles ont le chic pour enluminer des peintures composées de mots simples et captivants. C’est rendre justice à la beauté multiforme ; ici, là, où on la croirait inexistante. Pas de tabous ! Des tétés aux Titis… Rêve movie sur la Motor-Way de la vie avec ses inconnus dans des automobiles rugissantes qui filent sur la voie de gauche et disparaissent au loin.

L1120065

Être à son miroir avec les Miches Feutrées : le reflet ne peut être que vrai, et pour une fois si peu cruel. Avec Elles, l’insignifiant revêt son importance ; à pas de louves, elles virevoltent, tourbillonnent, sans en avoir l’air, sur des airs qui, à l’image d’une tornade, nous soulèvent de terre, nous emportent dans son vortex avant de nous rejeter plus haut dans l’intimité du soleil. Tout commence, tout finit ainsi. Retour au réel après un détour qui se compte en notes et en émotions. Les lumières, ces monstres de lampes à sodium orange, clignent avant d’expirer en un feu d’artifice – micro-scopique, dans la froideur d’un monde où la route de briques jaune de Dorothy s’est vue remplacée par un infini ruban d’asphalte gris.

Les Miches Feutrées

Texte de Benoit Marie Lecoin
Blog de l’auteur
 : benoitmarielecoin.tumblr.com
Benoit1-moustache