Wildsisters

Par le trou de la serrure
BANNER-EVENEMENT3

Maria et Jessica, les Wildsisters, se présentent à vous :

M/J — Si nous devions nous présenter, ce serait avec un jingle Wild. (rires complices)

10730780_1544275159143098_7584422607946101568_n

Maria et Jessica ont accepté de se prêter au questionnaire du Trou :

« Rentrer dans le Trou » : Vos impressions sur Le Trou ?
J — On a juste chanté une chanson, l’accoustique est intéressante.
M — On y est bien !

« Agrandir son trou » : Quelle est votre activité du moment ?
M — Un album, « Camina », qui va sortir dans quinze jours, trois semaines au maximum. C’est notre premier album.
J — On vient le présenter ici ce soir.

« Aligner des trous » : Reviendrez-vous au Trou ?
J — C’est le premier soir donc ?
M — Il y a des chances, oui, avec plaisir.

« Se réfugier dans un trou » : Un lieu où vous aimeriez jouer ?
M — Au château de l’Alhambra.
J — A l’Opéra de Sydney, à l’Alhambra, et sur une radio américaine : KEXP.

« Faire son trou » : Comment voyez-vous votre carrière ?
M — Je crois que c’est nous qui créons notre carrière…
J —  C’est sisters and wild ! 

10616400_1544275145809766_4074204864855031981_n

« Un trou spatio temporel » : Comment vous-vous voyez dans dix ans ?
M — Nous aurons sorti dix albums, si on continue comme ça, avec tous les projets que nous avons en tête…
J — On jouera cinq fois à Sydney, et à l’Alhambra cinq fois aussi.
M — Dans le monde entier, pour partager de l’amour. 

« N’avoir pas les yeux ou les oreilles en face des trous » : Le dernier film que vous avez vu, ou le dernier CD que vous avez écouté ?
M — T’as entendu parlé du premier album des Wildsisters, « Camina » ? On le recommande vivement !
J — C’est super ! J’ai déjà écouté, j’ai pleuré… Et la chanteuse espagnole…
M — Et la chanteuse américaine, la harpiste : incroyable !
J — Et la guitariste : fantastique !

« Trou de gruyère » : Votre plat préféré ?
J — J’adore la nourriture indienne, les choses piquantes
M — La vida, la vida ! 

« Boire comme un trou » : Votre boisson préférée ?
M — Le Volnay.

« Habiter dans un trou » : Si vous étiez perdues sur une île déserte qu’emporteriez-vous ?
J — Un sex toy !
M — C’est pas mal mais il faut des piles…
J — Oui, je prends le sex toy mais avec des piles solaires (éclats de rire). 

« Trou noir » : si vous étiez Miss Monde, que changeriez vous sur cette planète ?
J — Changer les Hommes, mais finalement c’est à eux de changer.
M — Je crois que tu va être d’accord avec moi si on cite Ghandi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

10433067_1544275292476418_8884250039300095027_n

Camina…

Tambours, chants indigènes, gémellité d’échos, déambulation, marche nocturne à pas lents, souffle intense. La harpe ? Sonorité de rivière, le vent cajoleur, les nuages glissent avec lenteur en procession dans le ciel.
Mots et traduction — femmes : women. L’eau claire épouse les rochers moussus dépassant de la surface. La lune nous rejoindra, elle se lève toujours. — Monde, ô inframonde ! Seul le murmure peut être envié, il est si proche du silence.
Je vois la lumière au crépuscule, baigné de raies lunaires, traversant le prisme du visible. Les sœurs sauvages unissent leurs voix, communient en offrandes. Paroles, une ode à toutes les Amazones et les soumises. Suivre l’échange en deux langues — celle du feu : celle du vent.

10731060_1544275275809753_2955587683183199133_n

Pépiement d’oiseaux, la pluie s’achemine, presque en rideau, un voile d’une averse délicate à l’agora des émotions végétales. Fleurs et corolles apprêtées… Les spores d’or des fougères poudrent le sol.
Avançons encore, suivons le sentier qu’empruntent les animaux de la forêt : notre âme est un soudard si elle ne connaît la liberté. On cherche parfois le bonheur là où il ne se trouve pas. Fermons les yeux une dernière fois, laissons-nous conquérir par l’amour qui se tapit aux cieux de nos cœurs. À l’heure de minuit, le paradis est un mirage, un ailleurs tant espéré qui à jamais nous séduit.

Texte de Benoit Marie Lecoin
Blog de l’auteur : benoitmarielecoin.tumblr.com

Benoit1-moustache